Forum Catholique

Catholique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’Église brésilienne dénonce les violences commises sur les peuples indigènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julie

avatar

Messages : 7066
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 30
Localisation : Québec

MessageSujet: L’Église brésilienne dénonce les violences commises sur les peuples indigènes   Sam 19 Juil - 17:26

Le Conseil indigéniste missionnaire (CIMI)rapporte dans un document de 120 pages les exactions perpétrées sur la communauté indigène en 2013 au Brésil.

Le rapport du Conseil indigéniste missionnaire (Cimi) intitulé Violence contre les peuples indigènes au Brésil, présenté le jeudi 17 juillet à Brasilia au siège de la Conférence nationale des évêques du Brésil, met en cause la responsabilité du gouvernement brésilien dans les atteintes aux droits des indigènes.

Le Cimi met aussi en question la multiplication des occupations illégales et la lenteur du processus de démarcation et d’attribution de terres aux peuples autochtones qu’il estime essentiel pour éviter des expulsions, en faveur de grands groupes industriels, d’aborigènes sur un sol qu’ils occupent parfois depuis des siècles.

Sur 1 047 terres revendiquées par les aborigènes, selon le rapport, seulement 38 % sont actuellement régularisées.

LA MONDIALISATION ET LES INDIENS
Les terres indigènes auraient dû être démarquées depuis 1993 selon la Constitution fédérale de 1988. Mais du fait de politiques économiques centrées sur l’agrobusiness, les compagnies minières, les entreprises d’énergie électrique et la construction civile, les obligations légales n’ont pas été respectées, accuse le Cimi.

« Ces secteurs d’activité sont justement les ennemis historiques des peuples indigènes et les principaux responsables des massacres, ethnocides et spoliations des territoires de ces peuples, en plus des autres violences », rappelle Cleber Buzatto, secrétaire exécutif du Cimi, qui fait un lien entre intérêts économiques et politique gouvernementale.

Le rapport constate que la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, est celle qui a le moins régularisé de terres indigènes depuis la fin de la dictature militaire. « Pour toute l’année 2013, seule une terre a été homologuée (…) au cœur de l’Amazonie », précise le rapport selon qui cette démarcation ne serait pas encore probante car elle n’a pas eu l’accord définitif de Luiz Fux, président du Tribunal suprême fédéral.

Autre problème pour le Cimi, la tentative du gouvernement d’enlever des droits garantis à ces populations à travers des projets d’amendement de la Constitution, destinés par exemple à modifier le processus administratif des démarcations des terres.

RAPPORT SANITAIRE INDIGÈNE INQUIÉTANT
Pour les missionnaires brésiliens, la complaisance des autorités face aux actions de grands propriétaires attiserait des conflits liés à la revendication des terrains.

Un des autres points que dénonce le document est le taux de mortalité indigène. Bien que le budget de la santé ait été multiplié par quatre en quatre ans, il y aurait une absence de structures de soins basiques accessibles. Selon le secrétariat spécial de la santé des indigènes (SESAI), 693 enfants indigènes de 0 à 5 ans sont morts entre janvier et novembre 2013.

Mgr Erwin Kräutler, prélat de Xingu (État du Para) et président du Cimi, met en garde quant à lui, sur le taux de suicide d’enfants indigènes : « Sur cent indigènes qui meurent ainsi au Brésil, quarante sont des enfants ».

RACISME ET DISCRIMINATION
Pour finir, le rapport montre la discrimination dont sont victimes, même dans les médias, les Indiens au Brésil. Des poursuites pénales sont ainsi entreprises contre des vidéos polémiques, où des députés fédéraux incitent au racisme et à la violence contre les peuples indigènes.

L’anthropologue et coordonnatrice des recherches pour le rapport, Lucia Rangel, a listé pour l’année 2013 les différentes formes de discrimination envers les indigènes : « Empêcher l’utilisation des transports en commun, refuser de donner des emplois, agressions et offenses verbales, impossibilité d’accéder aux aides sociales ainsi que le refus de prodiguer des soins médicaux. »

L’État du Mato Grosso du Sud serait l’endroit le plus violent du Brésil, d’après le Cimi. Lors des onze dernières années, sur 616 indigènes assassinés 349 l’auraient été dans cet État, caractérisé par des conditions de vie précaires pour de nombreuses communautés.

Céline Peschard (avec Apic)

18/7/14 - 15 H 32

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/L-Eglise-bresilienne-denonce-les-violences-commises-sur-les-peuples-indigenes-2014-07-18-1180894
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
 
L’Église brésilienne dénonce les violences commises sur les peuples indigènes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croyez vous que l'Église soit infiltrée par des groupes anti-catholiques
» Voici l'église que je fréquente...
» Défense et illustration de la sainte-Église catholique
» L'Apostolicité de l'Église et l'Abbé Belmont
» Strasbourg : la porte d’une église taguée ET reactions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique  :: Les informations internationales-
Sauter vers: