Forum Catholique

Catholique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nativité du Seigneur - 24 décembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julie

avatar

Messages : 7310
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 30
Localisation : Québec

MessageSujet: Nativité du Seigneur - 24 décembre   Sam 23 Déc - 16:43

Quatrième dimanche de l'Avent

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,26-38.

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Commentaire du jour

Liturgie byzantine
Hymne acathiste à la Mère de Dieu (7e siècle)

« Je te salue, comblée-de-grâce »

     Du ciel un archange éminent a été envoyé pour dire à la Mère de Dieu : « Réjouis-toi ! » Et te voyant, Seigneur, prendre corps à sa voix, il clame sa surprise et son ravissement :

Réjouis-toi, en qui brille la joie du salut,
Réjouis-toi, par qui le mal a disparu,
Réjouis-toi, car tu relèves Adam de sa chute,
Réjouis-toi, car Ève aussi ne pleure plus.
Réjouis-toi, montagne inaccessible aux pensées des hommes,
Réjouis-toi, abîme insondable même aux anges,
Réjouis-toi, car tu deviens le trône et le palais du Roi,
Réjouis-toi, toi qui portes Celui qui porte tout.
Réjouis-toi, étoile qui annonce le lever du Soleil,
Réjouis-toi, dans ton sein Dieu prend notre chair,
Réjouis-toi, par toi toute la création est renouvelée,
Réjouis-toi, par toi le Créateur devient petit enfant.
Réjouis-toi, Épouse inépousée.

     La Toute-pure, connaissant son état virginal, répondit à l'ange Gabriel avec confiance : « Quelle étrange merveille que ta parole ! Elle paraît incompréhensible à mon âme ; comment concevrai-je sans semence pour enfanter comme tu le dis ? » Alléluia, alléluia, alléluia !
     Pour comprendre ce mystère inconnu, La Vierge s'adresse au serviteur de Dieu et demande comment en ses entrailles chastes un Fils serait conçu. Plein de respect l'ange l'acclame :

Réjouis-toi, à toi Dieu révèle ses desseins ineffables,
Réjouis-toi, confiance de ceux qui prient en silence,
Réjouis-toi, tu es la première des merveilles du Christ,
Réjouis-toi, en toi sont récapitulées les doctrines divines.
Réjouis-toi, échelle par qui Dieu descend du ciel,
Réjouis-toi, pont qui nous conduit de la terre vers le ciel,
Réjouis-toi, inépuisable admiration des anges,
Réjouis-toi, blessure inguérissable pour les démons.
Réjouis-toi, tu enfantes la lumière de manière inexprimable,
Réjouis-toi, tu n'en révèles à personne le comment,
Réjouis-toi, tu surpasses le savoir des savants,
Réjouis-toi, tu éclaires l'intelligence des croyants.
Réjouis-toi, Épouse inépousée.

     La puissance du Très-Haut couvrit alors de son ombre la Vierge inépousée pour la mener à concevoir. Et son sein fécondé devint un jardin délicieux pour ceux qui veulent y moissonner le salut en chantant : « Alléluia, alléluia, alléluia ! »

http://levangileauquotidien.org/M/FR/


Dernière édition par Julie le Sam 23 Déc - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
Julie

avatar

Messages : 7310
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 30
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Nativité du Seigneur - 24 décembre   Sam 23 Déc - 16:45



Dimanche 24 décembre 2017
ce soir : Solennité de la Nativité du Seigneur



MESSE EN LA SOLENNITÉ DE LA NATIVITÉ DU SEIGNEUR (Vidéo)
[ Allemand  - Anglais  - Arabe  - Espagnol  - Français  - Italien  - Polonais  - Portugais ]

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS
Basilique vaticane
Mercredi 24 décembre 2014
[Multimédia]

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi » (Is 9, 1). « L’ange du Seigneur se présenta devant eux [les pasteurs] et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière » (Lc 2, 9). C’est ainsi que la liturgie de cette sainte nuit de Noël nous présente la naissance du Sauveur : comme une lumière qui pénètre et dissout l’obscurité la plus dense. La présence du Seigneur au milieu de son peuple efface le poids de la défaite et la tristesse de l’esclavage, et instaure la joie et l’allégresse.

Nous aussi, en cette nuit sainte, nous sommes venus dans la maison de Dieu en traversant les ténèbres qui enveloppent la terre, mais guidés par la flamme de la foi qui éclaire nos pas et animés par l’espérance de trouver la ‘‘grande lumière’’. En ouvrant notre cœur, nous avons, nous aussi, la possibilité de contempler le miracle de cet enfant-soleil qui éclaircit l’horizon en surgissant d’en-haut.

L’origine des ténèbres qui enveloppent le monde se perd dans la nuit des temps. Repensons au moment obscur où a été commis le premier crime de l’humanité, quand la main de Caïn, aveuglé par la jalousie, a frappé à mort son frère Abel (cf. Gn 4, 8 ). Ainsi, le cours des siècles a été marqué par des violences, des guerres, la haine et des abus. Mais Dieu, qui avait placé ses propres attentes en l’homme fait à son image et à sa ressemblance, attendait. Dieu attendait. Il a attendu tellement longtemps que peut-être à un certain moment il aurait dû renoncer. Mais il ne pouvait renoncer, il ne pouvait pas se renier lui-même (cf. 2 Tm 2, 13). C’est pourquoi, il a continué à attendre avec patience face à la corruption des hommes et des peuples. La patience de Dieu, Comme il est difficile de comprendre cela : la patience de Dieu envers nous !

Au long du chemin de l’histoire, la lumière qui perce l’obscurité nous révèle que Dieu est Père et que sa patiente fidélité est plus forte que les ténèbres et la corruption. C’est en cela que consiste l’annonce de la nuit de Noël. Dieu ne connaît pas d’accès de colère et l’impatience ; il est toujours là, comme le père de la parabole du fils prodigue, dans l’attente d’entrevoir de loin le retour du fils perdu ; et chaque jour, avec patience. La patience de Dieu.

La prophétie d’Isaïe annonce l’apparition d’une immense lumière qui perce l’obscurité. Elle naît à Bethléem et elle est accueillie par les tendres mains de Marie, par l’affection de Joseph, par l’étonnement des bergers. Quand les anges ont annoncé aux bergers la naissance du Rédempteur, ils l’ont fait avec ces paroles : « Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » (Lc 2, 12). Le ‘‘signe’’ c’est justement l’humilité de Dieu, l’humilité de Dieu portée à l’extrême ; c’est l’amour avec lequel, cette nuit, il a assumé notre fragilité, notre souffrance, nos angoisses, nos désirs et nos limites. Le message que tous attendaient, le message que tous cherchaient dans la profondeur de leur âme, n’était autre que la tendresse de Dieu : Dieu qui nous regarde avec des yeux pleins d’affection, qui accepte notre misère, Dieu amoureux de notre petitesse.

En cette sainte nuit, tandis que nous contemplons l’Enfant Jésus qui vient de naître et d’être déposé dans une mangeoire, nous sommes invités à réfléchir. Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? Est-ce que je me laisse rejoindre par lui, est-ce que je me laisse embrasser, ou bien est-ce que je l’empêche de s’approcher ? ‘‘Mais je cherche le Seigneur’’ – pourrions-nous rétorquer. Toutefois, la chose la plus importante n’est pas de le chercher, mais plutôt de faire en sorte que ce soit lui qui me cherche, qui me trouve et qui me caresse avec amour. Voici la question que nous pose l’Enfant par sa seule présence : est-ce que je permets à Dieu de m’aimer ?

Et encore : avons-nous le courage d’accueillir avec tendresse les situations difficiles et les problèmes de celui qui est à côté de nous, ou bien préférons-nous les solutions impersonnelles, peut-être efficaces mais dépourvues de la chaleur de l’Évangile ? Combien le monde a besoin de tendresse aujourd’hui ! Patience de Dieu, proximité de Dieu, tendresse de Dieu.

La réponse du chrétien ne peut être différente de celle que Dieu donne à notre petitesse. La vie doit être affrontée avec bonté, avec mansuétude. Quand nous nous rendons compte que Dieu est amoureux de notre petitesse, que lui-même se fait petit pour mieux nous rencontrer, nous ne pouvons pas ne pas lui ouvrir notre cœur et le supplier : « Seigneur, aide-moi à être comme toi, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n’importe quel conflit ».

Chers frères et sœurs, en cette nuit sainte, contemplons la crèche : là, « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » (Is 9, 1). Les gens simples, les gens disposés à accueillir le don de Dieu, l’ont vue. Au contraire, les arrogants, les orgueilleux, ceux qui établissent les lois selon leurs propres critères personnels, ceux qui assument des attitudes de fermeture, ne l’ont pas vue. Regardons la crèche et prions, en demandant à la Vierge Mère : « Ô Marie, montre-nous Jésus ».

Source principale : vatican.va («Rév. x gpm»).


Dernière édition par Julie le Sam 23 Déc - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
Julie

avatar

Messages : 7310
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 30
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Nativité du Seigneur - 24 décembre   Sam 23 Déc - 16:48




Dimanche 24 décembre 2017
Nativité du Seigneur, lectures de la Messe de la Nuit




Livre d'Isaïe 9,1-6.



Le peuple qui marchait dans les ténèbres
    a vu se lever une grande lumière ;
et sur les habitants du pays de l’ombre,
    une lumière a resplendi.
Tu as prodigué la joie,
tu as fait grandir l’allégresse :
ils se réjouissent devant toi,
comme on se réjouit de la moisson,
comme on exulte au partage du butin.
Car le joug qui pesait sur lui,
la barre qui meurtrissait son épaule,
    le bâton du tyran,
tu les as brisés comme au jour de Madiane.
Et les bottes qui frappaient le sol,
et les manteaux couverts de sang,
    les voilà tous brûlés :
le feu les a dévorés.


Oui, un enfant nous est né,
un fils nous a été donné !
Sur son épaule est le signe du pouvoir ;
son nom est proclamé :
    « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort,
    Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ».
Et le pouvoir s’étendra,
et la paix sera sans fin
pour le trône de David et pour son règne
qu’il établira, qu’il affermira
    sur le droit et la justice
dès maintenant et pour toujours.
Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !



Psaume 96(95),1-2a.2b-3.11-12a.12b-13a.13bc.


Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !


De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !


Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.


Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient, car il vient pour juger la terre.


Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !



Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 2,11-14.


Bien-aimé,
la grâce de Dieu s’est manifestée
   pour le salut de tous les hommes.
Elle nous apprend à renoncer à l’impiété
   et les convoitises de ce monde,
et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable,
   avec justice et piété,
attendant que se réalise la bienheureuse espérance :
   la manifestation de la gloire
   de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ.
Car il s’est donné pour nous
afin de nous racheter de toutes nos fautes,
   et de nous purifier
pour faire de nous son peuple,
   un peuple ardent à faire le bien.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,1-14.


En ces jours-là,
parut un édit de l’empereur Auguste,
ordonnant de recenser toute la terre
   – ce premier recensement eut lieu
   lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth,
   vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem.
   Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
Il venait se faire recenser avec Marie,
qui lui avait été accordée en mariage
et qui était enceinte.


Or, pendant qu’ils étaient là,
   le temps où elle devait enfanter fut accompli.
Et elle mit au monde son fils premier-né ;
elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire,
   car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans la même région, il y avait des bergers
   qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs
   pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur se présenta devant eux,
   et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.
Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit :
   « Ne craignez pas,
   car voici que je vous annonce une bonne nouvelle,
   qui sera une grande joie pour tout le peuple :
   Aujourd’hui, dans la ville de David,
   vous est né un Sauveur
   qui est le Christ, le Seigneur.
   Et voici le signe qui vous est donné :
   vous trouverez un nouveau-né
   emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable,
qui louait Dieu en disant :
   « Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
   et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris





Liturgie byzantine


Vêpres du 20 décembre (trad. cf Guéranger, L'Année liturgique, 3e mardi Avent)


Bethléem, prépare-toi, il vient !


     Bethléem, prépare-toi : les portes de l'Éden s'ouvrent pour tous. Réjouis-toi, Éphrata (Mi 5,1), car dans la grotte la Vierge fait fleurir l'arbre de vie... Le Christ s'approche pour nous servir ; il prend, lui, le Créateur, la forme de l'œuvre de ses mains. Riche de sa divinité et plein de miséricorde, il apporte au malheureux Adam une création et une naissance nouvelles. Il incline les cieux, et du sein de la Vierge il s'approche de nous, revêtu de notre chair. Il va naître dans la grotte de Bethléem, selon les Écritures ; il va paraître comme un enfant, lui qui donne la vie aux enfants dans le sein de leur mère.

     Allons à sa rencontre ; allons à Bethléem dans la joie et l'âme en fête. Le Seigneur...vient chez lui comme un étranger ; accueillons-le afin de devenir les hôtes de son paradis et d'y demeurer par la miséricorde de celui qui naît dans l'étable. Déjà s'ouvrent à nous les portiques de l'Incarnation du Verbe de Dieu.

     Cieux, soyez dans la joie ! Anges, tressaillez d'allégresse ! Que la terre et ceux qui l'habitent se livrent à la joie avec les bergers et les mages ! La Vierge Marie s'avance, portant un vase d'albâtre plein de parfum ; elle l'apporte dans la grotte, afin d'embaumer nos âmes de son parfum dans l'Esprit Saint. Accourez, puissances des anges ! Vous qui habitez Bethléem, préparez la crèche, car le Christ est en chemin, la Sagesse s'avance. Fidèles, recevez donc nos vœux ; peuples, disons pour réjouir la Mère de Dieu : « Béni soit celui qui vient, notre Dieu ! » (Mt 21,9) Le Christ notre Dieu va paraître au grand jour ; il ne tardera pas. Il va naître d'une Vierge immaculée ; bientôt il reposera dans la grotte... Mène le choeur, Isaïe, annonce le Verbe de Dieu, prophétise-nous comment le buisson de la Vierge est en feu sans se consumer (Ex 3,2)... L'astre mystérieux qui s'arrête au-dessus de l'étable désigne l'Auteur de la vie, le Seigneur qui vient sauver tous les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
Nicolas

avatar

Messages : 1475
Date d'inscription : 02/08/2014
Age : 47

MessageSujet: Re: Nativité du Seigneur - 24 décembre   Dim 24 Déc - 4:13

Bonjour Julie,
Bonjour à toutes et à tous,




Dimanche 24 Décembre 2017

4ième Dimanche de l’Avent

(Couleur liturgique : Violet )
Année B















Lien :
http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/en-marche-vers-dimanche

Vu sur :
www.KTOTV.com






(Première lecture)
Deuxième Livre de Samuel 7 : 1 à 5, 8b à 12, 14a à 16


La royauté de David subsistera toujours devant le SEIGNEUR

Le roi David habitait enfin dans sa maison.
Le SEIGNEUR lui avait accordé la tranquillité
en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.
Le roi dit alors au Prophète Nathan :
« Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre,
et l’Arche de DIEU habite sous un abri de toile ! »
Nathan répondit au roi :
« Tout ce que tu as l’intention de faire,
fais-le, car le SEIGNEUR est avec toi. »
Mais, cette nuit-là,
la Parole du SEIGNEUR fut adressée à Nathan :
« Va dire à Mon Serviteur David :
Ainsi Parle le SEIGNEUR :
Est-ce toi qui Me bâtiras une maison
pour que J’y habite ?
C’est Moi qui t’ai pris au pâturage,
derrière le troupeau,
pour que tu sois le chef de Mon Peuple Israël.
J’ai été avec toi partout où tu es allé,
J’ai abattu devant toi tous tes ennemis.
Je t’ai fait un nom aussi grand
que celui des plus grands de la Terre.
Je fixerai en ce lieu Mon Peuple Israël,
Je l’y planterai, il s’y établira
et ne tremblera plus,
et les méchants ne viendront plus l’humilier,
comme ils l’ont fait autrefois,
depuis le jour où J’ai institué des juges
pour conduire Mon Peuple Israël.
Oui, Je t’ai accordé la tranquillité
en te délivrant de tous tes ennemis.

Le SEIGNEUR t’annonce
qu’IL te fera LUI-MÊME une maison.
Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
Je te susciterai dans ta descendance Un SUCCESSEUR,
qui naîtra de toi,
et Je rendrai stable Sa ROYAUTÉ.
Moi, Je serai pour LUI un PÈRE ;
et LUI sera pour Moi un FILS.
Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant Moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris







Où sont passées les promesses faites à David ?


Poème chanté attribué à Étan l’Ezrahite.

Psaume 88 (89), entièrement




Psaume 88 (89) : 2 et 3, 4 et 5, 27 et 29


R/ Ton AMOUR, SEIGNEUR, sans fin je LE chante !

L’AMOUR du SEIGNEUR, sans fin je LE chante ;
Ta FIDÉLITÉ, je L’annonce d’âge en âge.
Je LE dis : c’est un AMOUR bâti pour toujours ;
Ta FIDÉLITÉ est plus stable que les Cieux.
R/


« Avec Mon ÉLU, J’ai fait Une ALLIANCE,
J’ai juré à David, Mon Serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
Je te bâtis un trône pour la suite des âges. »
R/


« IL me dira : ‘TU es Mon PÈRE,
Mon DIEU, Mon ROC et Mon SALUT !’
Sans fin Je LUI garderai Mon AMOUR,
Mon ALLIANCE avec LUI sera FIDÈLE. »
R/


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris







(Deuxième lecture)
Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 16 : 25 à 27


Le Mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant MANIFESTÉ


Frères,
à CELUI qui peut vous rendre forts
selon mon Évangile qui proclame JÉSUS CHRIST :
RÉVÉLATION d’Un Mystère
gardé depuis toujours dans le silence,
Mystère maintenant MANIFESTÉ
au moyen des écrits prophétiques,
selon l’ORDRE du DIEU ÉTERNEL,
Mystère porté à la connaissance de toutes les nations
pour les amener à l’obéissance de la foi,
à CELUI qui est le SEUL SAGE, DIEU, par JÉSUS CHRIST,
à LUI la GLOIRE pour les Siècles. Amen.

– PAROLE du SEIGNEUR.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris








Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Luc 1 : 26 à 38

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Voici la Servante du SEIGNEUR ; que tout M’advienne selon Ta Parole. Alléluia.
(Lc 1, 38)




« Voici que Tu vas concevoir et enfanter un FILS »

En ce temps-là,
l’Ange Gabriel fut envoyé par DIEU
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le Nom de la jeune fille était MARIE.
L’Ange entra chez Elle et dit :
« Je Te Salue, COMBLÉE-DE-GRÂCE,
le SEIGNEUR est avec Toi. »
À cette Parole, Elle fut toute bouleversée,
et Elle se demandait ce que pouvait signifier Cette Salutation.
L’Ange Lui dit alors :
« Sois sans crainte, MARIE,
car Tu as trouvé GRÂCE auprès de DIEU.
Voici que Tu vas concevoir et enfanter un FILS ;
Tu LUI donneras le NOM de JÉSUS.
IL sera GRAND,
IL sera appelé FILS du TRÈS-HAUT ;
le SEIGNEUR DIEU
LUI donnera le trône de David son père ;
IL régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et Son RÈGNE n’aura pas de fin. »
MARIE dit à l’Ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque Je ne connais pas d’homme ? »
L’Ange Lui répondit :
« L’ESPRIT SAINT viendra sur Toi,
et la PUISSANCE du TRÈS-HAUT
Te prendra sous Son OMBRE ;
c’est pourquoi CELUI qui va naître sera SAINT,
IL sera appelé FILS de DIEU.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à DIEU. »
MARIE dit alors :
« Voici la Servante du SEIGNEUR ;
que tout M’advienne selon Ta Parole. »

Alors l’Ange La quitta.

– Acclamons la PAROLE de DIEU.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris










Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-12-24/romain/messe


Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Nicolas

avatar

Messages : 1475
Date d'inscription : 02/08/2014
Age : 47

MessageSujet: Re: Nativité du Seigneur - 24 décembre   Dim 24 Déc - 13:57

Bonjour Julie,
Bonjour à toutes et à tous,



Dimanche 24 et Lundi 25, Décembre 2017

Nativité du SEIGNEUR
Solennité du SEIGNEUR

(Couleur liturgique : Blanc )
Année B




Aujourd’hui dans notre monde



MESSES : De la Veille au Soir, de la Nuit, de l’Aurore et du Jour
Textes lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

http://www.aelf.org/2017-12-25/romain/messe








Textes du jour : Lundi 25 Décembre 2017
Évangile + commentaire (audio)











Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/






Amicalement, fraternellement
Nicolas

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nativité du Seigneur - 24 décembre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nativité du Seigneur - 24 décembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes de la Nativité de Notre SEIGNEUR JESUS CHRIST,2010
» Textes des Messes de la NATIVITÉ du SEIGNEUR, 2012
» Lectio Divina du MARDI 25 DÉCEMBRE – NATIVITÉ DU SEIGNEUR
» Nativité du Seigneur Jésus-Christ (messe de la nuit)
» Ce soir : Nativité du Seigneur (Noël), commentaire du jour "Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David", Saint Charbel Makhlouf Prêtre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Catholique  :: Lecture du jour-
Sauter vers: